Episode - Saison 2 - Eirinia

La Mort et la Paix

Le Jeu de Da'Tei

L'Assassin et le Souverain

L'Exercice du Pouvoir

Le Pouvoir et l'Argent

La Conspiration

La Revanche d'Agathyor

La Chute d'Eirinia

Rêves et Désillusions

Sans Espoir

L'Ombre

Perdus

Résister

Revers de Fortune

Ancien

Prières

Le Règne d'Agathyor

Civilisations

Crimes

Conséquences

Chapitres

La Mort et la Paix

Les Portes s’étaient ouvertes à travers l’Espace… et les six peuples s’étaient rencontrés sur le Septième Monde :

  • Les Chevaliers de Dëan, maniant le Fer et le Feu
  • Les Représentants d’EüKratos, Maîtres de la Technologie
  • Les Armées d’Illyd aux innombrables Bataillons 
  • Les Envoyés de Liang-Kiba, redoutables Stratèges
  • Les Voyageurs d’Hefidjah, que l’Ombre protège
  • Les Pèlerins de Sansh, puissants manipulateurs de Magie

Six Civilisations s’étaient fait face, six Civilisations qui se livrèrent des guerres sans merci pendant toute une année… Alors que l’Univers avait failli basculer dans le chaos, des héros s’étaient levés et avaient mis fin aux affrontements. Un âge de paix avait commencé, un âge d’échanges culturels et de métissage : l’âge d’Eirinia, la cité utopique.

Sept ans s’étaient écoulés depuis la fin de la guerre entre Dëan et Liang-Kiba. Les mondes d’EüKratos, Illyd, Liang et Sansh s’étaient unis et avaient bâti la cité d’Eirinia sur le Septième Monde… Les Bêtes Primales qui s’étaient élevées sept ans auparavant semblaient avoir été définitivement vaincues et les peuples vivaient en paix.

Mais de sombres complots s’échafaudaient dans les couloirs du Grand Conseil d’Eirinia.


1 - Les Croyants et les Pauvres

Ubolë
Ubolë
Ubolë
Ubolë
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Eirinia
Eirinia
Poste Avancé de Porê
Poste Avancé de Porê
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Ezeranne
Ezeranne
Les Gorges Rocheuses
Les Gorges Rocheuses
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Sanshéide
Camp Avancé Sanshéide
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Forêt des Trois
Forêt des Trois
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de Moben l'Ancien
Dunes de Moben l'Ancien
Microkeïon
Microkeïon
Lac Hoka
Lac Hoka
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Hoka
Hoka
Hoka
Hoka
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Camp de la Septième Armée
Camp de la Septième Armée
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli

« - Un nouveau temple ?

- Dans les quartiers Est… Leur dossier est solide et franchement, je ne vois pas au nom de quoi le Grand Conseil d’Eirinia refuserait la construction de… »

 

Emonis explosa, ne laissant pas à Seuheïn le temps de finir sa phrase…

 

« - Au nom de quoi ?! Au nom de quoi ?! Au nom du fait que les dieux n’existent pas, par exemple ! au nom du fait que quand bien même ils existeraient, le plus urgent ne serait probablement pas de s’occuper de leurs problèmes de logement ! au nom de mon exaspération, Seuheïn ! Car je suis exaspérée, n’en doutez pas !

- Ça ne m’avait pas échappé… J’ai bien peur cependant que ça ne change rien au problème… Nombre de nos concitoyens vivant dans les quartiers Est se sont convertis à ce… culte, » le mot lui-même était répugnant « et ils n’ont nulle part où…

- Nulle part où quoi ? S’ils veulent chanter leurs atrocités, ils sont libres de le faire chez eux ! S’ils veulent s’entailler les mains, ils en ont le droit ! S’ils veulent renier des millénaires de civilisation et de progrès scientifique parce qu’ils ont vu un imbécile à moitié nu faire des tours de magie, je ne les en empêcherai pas !

- … ils n’ont nulle part où se réunir pour célébrer leur foi » dit Seuheïn faisant mine de ne pas avoir entendu Emonis, « et ils en ont le droit. »

 

Emonis se tut et considéra Seuheïn un instant, réprimant un sourire. Elle savait que la perspective de ce nouveau temple lui était insupportable et pourtant, il se refusait à laisser ses propres convictions influencer son jugement. C’est parce qu’il était capable de réfléchir objectivement, sans passion, qu’elle avait besoin de lui.  Elle trouvait cette qualité tout à la fois admirable et très énervante. Refusant de céder si vite, elle reprit la parole…

 

« - Écoutez, je suis désolée, mais le Grand Conseil a d’autres projets plus importants à subventionner… D’ailleurs, où en sont les travaux de la commission d’étude sur la mise en place d’un programme d’éducation eirinienne commune ?

- Ça n’avance pas… les Déléguées illydiennes refusent la moindre mention de notions religieuses dans le programme…

- Pour une fois, je suis bien d’accord avec cette enragée de Shem… Vous imaginez vos neveux à qui l’on enseignerait que le soleil a été dévoré par le Dieu de la Mort, mais qu’heureusement il renaît tous les matins ?

- Bien sûr que non… » Seuheïn se laissa aller à sourire « et je ne plaisanterais pas trop sur ce sujet si j’étais vous… Sœur de la Mort… »

 

Emonis se raidit. Elle s’était toujours sentie un peu humiliée par ce surnom dont l’avaient affublée les fanatiques de Sansh à l’issue de la plus violente bataille jamais menée sur le Septième Monde. Elle ne regrettait pas un seul instant ce qu’elle avait fait lorsque les hordes de Tahuetan avaient failli envahir son monde… mais contrairement à ce que tout le monde croyait, elle n’en était pas fière. Une sensation désagréable se répandit en elle… elle ne voulait pas penser à Sansh… pas maintenant. La voix de Seuheïn l’arracha à ses pensées… 

 

« - Croyez-moi, Emonis, nous ne pouvons pas empêcher la construction de ce temple. Et puis… il y a plus grave. »

 

Le visage de Seuheïn se durcit.

 

« - Le nombre de conversions au culte sanshéide n’a cessé d’augmenter au cours de cette dernière année, c’est vrai. Mais j’ai peur qu’il ne s’agisse là que du symptôme d’un mal plus grand. En un an, le nombre de pauvres vivant à Eirinia a presque triplé. 

- Je croyais que la ville était prospère…

- C’est vrai… Eirinia n’est pas dans le besoin et son Grand Conseil peut construire autant de temples qu’il veut… mais ce sont les mondes signataires qui s’enrichissent vraiment. Cela étant, les citoyens d’Eirinia ne sont pas prospères, pas tous, loin s’en faut. La misère se répand dans nos rues de manière alarmante… 

- Pourquoi ?

- Parce que nous la tolérons. »

 

Il y eut un silence. Emonis ne s’était jamais intéressée à l’argent ; à vrai dire, le sujet l’ennuyait beaucoup et l’inquiétait un peu… Sept ans auparavant, lorsqu’il s’était agi de bâtir les fondements d’Eirinia et qu’il avait été nécessaire de construire un système d’échanges, elle avait logiquement laissé faire ceux que cela intéressait, préférant se concentrer sur les défis de la construction de la cité utopique qui lui paraissaient plus importants… On avait donc fait appel aux Seigneurs de Liang-Kiba – qui avaient déjà été confrontés à ce type de problèmes au cours de leur Histoire – pour mettre en place ce système. 

 

« - Le Représentant Da’Tei a toujours considéré que si le Grand Conseil était trop riche, ses membres deviendraient cupides et Eirinia deviendrait presqu’automatiquement une dictature. Au final, nos mondes respectifs s’enrichissent et le Grand Conseil perçoit ce dont il a besoin pour gérer le quotidien. L’idée de Da’Tei est que chacun soit libre de s’enrichir. » Seuheïn étouffa un rire désabusé… « Je reconnais que ce système m’a paru bon quand il a été mis en place… efficace et peu contraignant. Je n’avais pas prévu que certains trouveraient acceptable de s’enrichir en laissant d’autres dans le besoin. Je n’avais pas non plus prévu que le commerce du Nergeïa extrait sur Sansh permettrait de bâtir des fortunes aussi… disproportionnées. »

 

Seuheïn donna un ordre au petit robot qui ne le quittait quasiment plus… Quelques instants plus tard, le robot s’était connecté à l’installation électronique du bureau d’Emonis et avait fait surgir du sol une image virtuelle montrant les gisements de Nergeïa qui se trouvaient sur Sansh…

Les informations défilaient sur l’écran virtuel : quantités, prix, bénéficiaires… puis l’image disparut pour montrer les chiffres de la pauvreté dont Seuheïn avait parlé. 

 

« - Je n’avais pas prévu qu’en construisant cette nouvelle société nous prendrions le risque d’en exclure toute une partie. Je n’avais pas compris que l’idée de Da’Tei était que si chacun était libre de s’enrichir à l’extrême, chacun était libre de s’appauvrir à l’extrême. »

 

Emonis réfléchit…

 

« - Je crois que vous vous alarmez pour rien, Seuheïn… Après tout, il y a des pauvres sur EüKratos et ils n’ont jamais été exclus de la Société…

- Vous faites erreur, Emonis… Sur EüKratos, il n’y a pas de Prêtres sanshéides à tous les coins de rues qui se proposent de récupérer dans leur sillage ceux qui sont déçus par notre système. Nous devons intervenir… à moins que vous ne vouliez voir se construire de plus en plus de temples pour accueillir des gens désorientés qui cherchent leur salut dans de rassurantes légendes… »

 

Emonis fronça les sourcils… 

 

« - Très bien… J’imagine que vous avez une proposition à soumettre au Grand Conseil… » Seuheïn acquiesça, « et j’imagine qu’en substance cette proposition consiste à appauvrir les mondes signataires et à enrichir Eirinia… » Seuheïn acquiesça de nouveau. « En bref vous voulez que je déclare la guerre au Seigneur Da’Tei… »

 

Seuheïn allait rétorquer mais Emonis ne lui en laissa pas le temps… 

 

 
« - Ne vous défendez pas… L’idée de brusquer cet insupportable vieux fourbe ne m’est pas désagréable… Est-ce que je peux vous laisser vous charger de déposer la proposition ?

- La proposition a été soumise au Bureau du Grand Conseil hier soir… » il sourit, « vous n’êtes peut-être pas une déesse comme semblent le croire les Sanshéides, mais je commence à vous connaître : vous êtes une femme intelligente… et vous n’avez jamais eu peur de faire ce qui devait être fait.

- Peut-être… » son esprit se reporta une nouvelle fois plus de sept ans auparavant… La Bataille de la Porte de Métal… effectivement elle n’avait pas eu peur de faire ce qui devait être fait… « Je me surprends à regretter le temps des guerres. Je ne suis pas une politicienne. Je… ne comprends plus le monde depuis que nous vivons en paix… »


2 - La Cité qui était la Paix

Ubolë
Ubolë
Ubolë
Ubolë
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Eirinia
Eirinia
Poste Avancé de Porê
Poste Avancé de Porê
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Ezeranne
Ezeranne
Les Gorges Rocheuses
Les Gorges Rocheuses
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Sanshéide
Camp Avancé Sanshéide
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Forêt des Trois
Forêt des Trois
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de Moben l'Ancien
Dunes de Moben l'Ancien
Microkeïon
Microkeïon
Lac Hoka
Lac Hoka
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Hoka
Hoka
Hoka
Hoka
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Camp de la Septième Armée
Camp de la Septième Armée
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli

À l’extérieur, le jour se levait paisiblement. Un matin tranquille, froid et ensoleillé commençait sur ce que tous appelaient désormais le Septième Monde. Pas de silence de mort ou de grondements d’armées, juste le concert des bêtes et la rumeur des hommes. La ville et ses alentours se réveillaient sereinement : il y avait bien longtemps (sept ans et trois jours pour être exact) que les guerres ne ravageaient plus le Septième Monde. Vu de loin, tout allait bien à Eirinia

Bâtie à peine sept ans auparavant, c’était la plus jeune cité de l’univers connu et c’était aussi sans conteste la plus prodigieuse… opulente et diverse, orgueilleuse et démesurée, elle n’avait nulle rivale sur aucun des six mondes… C’était la ville qu’on avait érigée pour construire la paix.

 

« - Puisse notre dévotion nous délivrer des Puissances Immobiles qui corrompent les mondes, puissent les Dieux nous guider dans le labyrinthe du Hasard et des Destins, puisse Agathyor faire de nous les instruments de Sa Loi. Entendez notre prière, Dieux de Sansh

- NOUS VOUS SUPPLIONS ! »

 

Les fidèles, qui venaient de répondre comme un seul fanatique, ne prêtèrent aucune attention aux Ruekhs qui se posaient lentement dans les rues sales des faubourgs du Sud et commençaient à fouiller les monticules d’ordures pour en extraire leur pitance. Les grands oiseaux décharnés resteraient là jusqu’à ce que le soleil soit haut dans le ciel et retourneraient ensuite vers leurs nids au sud pour attendre tranquillement la nuit.

Comme tous les matins, la ruelle s’était emplie des adeptes toujours plus nombreux du Culte de l’EmGath… ils s’étaient rassemblés pour la première des prières quotidiennes à leurs dieux : aux imprécations du Prêtre en transe répondaient les suppliques rituelles des Fidèles qu’on aurait dit possédés. Comme tous les matins dans tous les quartiers du Sud d’Eirinia, on priait la Mort et le Changement…

Dieux ou pas, quelque chose avait changé sur le Septième Monde avec la construction d’Eirinia, les anciennes normes avaient commencé à disparaître, imperceptiblement… Les Ruekhs, que la faim poussait normalement à aller chercher des terres moins stériles en cette saison peu clémente, avaient cessé de migrer, ayant trouvé une source de nourriture assez abondante dans les détritus des hommes qui s’étaient installés. Une nouvelle symbiose était peu à peu en train de se mettre en place, et ce n’était que le début. Un nouvel équilibre remplaçait le précédent et nul ne comprenait encore les conséquences que cet équilibre précaire allait entraîner.

Mais le Prêtre ne pensait pas à la faune locale. Sa mission était de prier la Mort et le Changement, et d’officier auprès des fidèles comme on lui avait appris à le faire sur son monde d’origine. Enfin… presque. Une cérémonie se terminait normalement par un sacrifice humain ou animal (tout dépendait de l’importance de la cérémonie), mais la loi commune d’Eirinia les avait interdits pour des raisons que le Prêtre ne comprenait pas. Il dut donc se contenter, comme les fidèles, de s’entailler la paume de la main pour laisser quelques gouttes de sang tomber au sol en signe d’humilité et de gratitude. 

La prière achevée, on se dispersa calmement… Le Prêtre répondit aux quelques questions des Convertis les plus récents et se mit en chemin pour le Centre de la cité… il allait prêcher la Loi de la Mort aux populations égarées qui ignoraient encore la toute-puissance d’Agathyor

---

Lorsque l’administratrice ouvrit les yeux, elle tendit machinalement la main vers le cachet qu’elle avait préparé la veille et l’avala avec une gorgée d’eau… Un instant plus tard, elle était parfaitement réveillée, alerte et détendue, et sortit de son lit pour se préparer en suivant une procédure efficace et invariable. 

Son confortable appartement se trouvait dans l’un des gigantesques immeubles entièrement informatisés des quartiers Est d’Eirinia… Elle passa comme d’habitude un court moment à se remémorer les tâches qu’elle aurait à accomplir durant la journée devant son écran virtuel et sortit. Dans la rue presque vide, un véhicule anti-gravité aux lignes élégantes l’attendait pour la conduire vers le Centre de la cité… Ici plus encore que sur son monde d’origine – le monde d’EüKratos – l’administratrice se sentait utile, elle savait apporter sa contribution à un projet ambitieux, à quelque chose de significatif.

Sept ans auparavant, des populations provenant de tous les coins de l’univers avaient décidé de déposer les armes et d’unir leurs forces pour bâtir une ville utopique où tous pourraient vivre en paix sur ce monde apparemment vierge qui s’offrait à eux. Cette cité était le symbole de la victoire de l’intelligence sur la bestialité… 

Le Traité Eirinien était venu mettre fin à plus d’une année de conflits, d’alliances et de trahisons qui avaient déchiré les peuples et menacé de les entraîner dans une spirale de guerre totale. Alors que toute trace d’humanité avait failli sombrer dans le chaos, une voix s’était élevée… celle de Lektra Emonis, originaire elle aussi du monde d’EüKratos. Par sa détermination et son intelligence, elle avait réussi à convaincre trois des autres mondes de s’unir au lieu de se combattre et l’utopie eirinienne était née. En sept ans, une ville gigantesque avait été bâtie, un langage commun avait été forgé et des populations ennemies avaient commencé à vivre ensemble. 

Évidemment, les défis restaient nombreux, la cohabitation était complexe et certains quartiers de la ville étaient en proie au chaos le plus absolu… l’administratrice sourit. Rien ne résistait à une méthode efficace… on analyserait, on légiférerait et enfin, on aurait l’ordre : une Société harmonieuse… 

---

Alors que l’administratrice eüKrate et le Prêtre sanshéide se dirigeaient vers le Centre d’Eirinia, le policier venait de monter dans le fourgon automobile de son escouade… Avant que le soleil ne se lève, il était sorti courir dans les rues de son quartier qui se trouvait à l’Ouest de la ville… Les longues barres d’immeubles gris, l’asphalte du sol, les véhicules familiers, tout lui rappelait le quartier de Zinyegrad où il avait vécu sur le monde d’Illyd… Sa conjointe – qui avait toujours été bien notée par ses Supérieures – avait été autorisée par le Parti à venir s’établir dans cette ville en devenir qu’était Eirinia et le policier l’avait suivie. À mesure que le fourgon s’éloignait de chez lui pour pénétrer dans le Centre, l’ordre disparaissait et les rues se peuplaient d’une foule cosmopolite qui provoquait chez le policier des émotions contradictoires… tout cela était chaotique et le dérangeait un peu, mais quelle opportunité ! Ici, les hommes pouvaient s’élever dans la hiérarchie, alors qu’ils étaient condamnés aux tâches subalternes sur Illyd… Le policier secoua la tête. Sa propre imagination l’inquiétait. Si le Parti apprenait qu’il nourrissait des ambitions personnelles (et le Parti finissait toujours par tout savoir), il serait renvoyé sur Illyd et vraisemblablement réintégré dans l’Armée du Peuple… on le détacherait alors dans une unité combattante et il serait probablement massacré par la Résistance. Il lui paraissait plus sage de ne pas attirer l’attention… sa conjointe était gentille et lui assurait un avenir confortable quoique modeste. Le fourgon s’engouffra dans l’immense garage de l’imposant poste de police du Centre…

---

La jeune femme originaire de Liang avait salué plus d’une quinzaine de connaissances qui vaquaient déjà à leurs occupations sur son chemin lorsque le soleil avait commencé à inonder les petites rues pavées des quartiers Nord d’Eirinia… Des gens de toutes provenances, de toutes les couleurs, de toutes les cultures… Elle ne se lassait pas de voir son industrieux quartier frémir d’une activité quasi-permanente… Même les animations de la nuit qu’elle savait en partie condamnables ne la dérangeaient pas vraiment : c’était une ère de prospérité et d’opportunités qui avait commencé quelques sept ans plus tôt. Oui, tout était devenu possible. Son frère – qui exerçait des talents de guérisseur – était même tombé amoureux d’une administratrice eüKrate qui travaillait au Grand Conseil. La jeune femme sourit : peut-être les Prêtres de Sansh avaient-ils raison, après tout… Peut-être que le plus grand de tous les dieux était le Changement… Agathyor.

À côté des lourdes portes de métal du bâtiment circulaire qui abritait le Grand Conseil, sous les drapeaux des quatre mondes signataires, la jeune femme ouvrit sa petite cahute de bois en prononçant tout bas la parole secrète commandant le sortilège qui protégeait son petit commerce… elle avait payé cher le mage sanshéide qui avait apposé le sceau magique mais elle en était satisfaite… Quelques instants plus tard, une grande marmite était mise sur le feu et les premières sucreries étaient étalées sur son comptoir… 

Comme tous les matins, elle sourit au Prêtre qui vint se placer à l’endroit où il avait coutume de prêcher et commença à entonner une litanie en l’honneur de son énigmatique dieu… des volutes de lumière se mirent à danser autour de lui. Une patrouille de police venait d’apparaître au coin de la rue et une certaine administratrice la salua avant de commander quelques fruits confits… le jeune guérisseur ne tarderait plus.

L’administratrice croqua un fruit en écoutant la litanie du Prêtre tandis que la patrouille s’éloignait et que la jeune commerçante finissait d’étaler ses marchandises… Un vol de Ruekhs passa dans le ciel pur. Tout allait bien à Eirinia… non ?


3 - Le Haut-Prêtre

Ubolë
Ubolë
Ubolë
Ubolë
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Eirinia
Eirinia
Poste Avancé de Porê
Poste Avancé de Porê
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Ezeranne
Ezeranne
Les Gorges Rocheuses
Les Gorges Rocheuses
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Sanshéide
Camp Avancé Sanshéide
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Forêt des Trois
Forêt des Trois
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de Moben l'Ancien
Dunes de Moben l'Ancien
Microkeïon
Microkeïon
Lac Hoka
Lac Hoka
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Hoka
Hoka
Hoka
Hoka
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Camp de la Septième Armée
Camp de la Septième Armée
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli

La journée s’était déroulée tranquillement… Le Prêtre avait prêché, l’administratrice avait administré, le policier avait consciencieusement patrouillé et la petite marchande avait écoulé sa marchandise… Chacun était rentré chez soi, laissant les plaisirs et les incertitudes de la soirée à d’autres moins industrieux. 

À quelques dizaines de rues du bâtiment où vivait la petite marchande, tout au nord des quartiers Nord, presqu’aux limites de la cité, là où s’étaient regroupés les miséreux qu’on avait chassés du Centre, il y avait un chemin qui traversait péniblement une zone dans laquelle la végétation avait poussé de manière anarchique et dont le sol était en permanence boueux… Miraculeusement, les indigents n’avaient jamais colonisé les lieux et il n’y avait là qu’une sorte de cabane – pas même une petite maison – sur les murs de laquelle on avait tracé des idéogrammes qui auraient frappé de terreur quiconque aurait été capable de les lire… Mais les lettrés qui avaient étudié les arcanes secrets de la calligraphie à Zhuolai ne fréquentaient pas plus cet endroit que les sans-le-sou des quartiers Nord… 

Les seuls qui venaient là caressaient de sombres projets… Ceux qui venaient là n’obéissaient plus qu’à leurs désirs les plus impurs, ceux qui venaient là rêvaient obscurément de mort et de maléfices… Ceux qui venaient là avaient abandonné tout espoir et avaient choisi de s’en remettre aux ténèbres… 

Ne fut-ce que pour entendre parler de cette cabane, il fallait avoir souhaité en son cœur des atrocités que peu osaient formuler à voix haute. Celui qui voulait se voir indiquer le chemin qui y conduisait devait jurer sur son sang et sur son nom, sur sa vie et sur sa mémoire, de ne le révéler à personne. Ainsi prisonnier de ses propres mots, il obtenait alors de rencontrer le sorcier qui avait élu domicile dans cet endroit sordide.  

À l’intérieur, derrière un chaudron d’où émanaient des vapeurs nauséabondes, se tenait un petit homme entre deux âges au port droit et aux yeux mauvais… Son âme était souillée des trahisons et des morts dont il s’était rendu responsable au cours des années… Il souriait… Il souriait car Eirinia lui procurait l’anonymat nécessaire à son effroyable commerce. Quelques années auparavant, alors qu’il vivait encore à Rama Yendira au Pays des Rêves, la population locale avait commencé à le soupçonner de s’adonner aux formes les plus abjectes de la magie et avait adressé une supplique au Trône de Liang… Il avait manqué de discrétion. Trop de gens avaient disparu, trop de sang avait coulé. Il avait réussi à échapper à la justice du Souverain et avait passé sous une identité d’emprunt la Grande Porte Noire

Une nouvelle vie avait commencé sur ce Septième Monde presque vierge. Ici, il pourrait continuer ses travaux et ses expériences… Personne ne faisait attention à lui… ses pouvoirs continueraient de croître, et pendant ce temps on l’oublierait sur sa terre natale … et un jour, il se vengerait… il reviendrait pour faire à tous la démonstration de sa puissance.

Chaque jour il devenait plus fort… chacun de ses clients l’enrichissait un peu plus… chaque travail qu’il acceptait noircissait encore son âme… Eirinia était l’endroit idéal : tant de haine cachée, de colère contenue, tant de peur irrationnelle, tant de gens qui se voulaient du mal… Certains avaient besoin de poisons, certains avaient besoin d’anneaux ensorcelés, certains donnaient tout ce qu’ils avaient pour apprendre un mot de puissance, une invocation qui ruinerait l’existence de leurs ennemis… Et ils revenaient… toujours. Leurs désirs, loin de s’atténuer, ne cessaient de les tourmenter et ils revenaient réclamer une nouvelle potion, une nouvelle incantation… et venait invariablement le moment où ils n’avaient plus qu’une chose à échanger contre un dernier maléfice…

Quelqu’un approchait. Quelqu’un se dirigeait vers le petit chemin rendu boueux par le sang et les sortilèges… Le sorcier de Liang prononça à voix basse un mot qui avait presque totalement disparu de la mémoire de son monde et une image apparut dans les volutes qui s’échappaient du chaudron… un vieil homme, un Sanshéide sans doute… 

 

« - Viens à moi, toi qui t’es déjà perdu… viens à moi que je dévore ton âme… »

 

Le vieillard poussa précautionneusement la porte et entra… Il portait une longue robe rouge-sang frappée du symbole de la Mort et un capuchon qui recouvrait son visage… il émanait de lui une aura tourmentée, comme hantée par d’atroces pensées, souillée d’une indicible folie… Que cherchait-il ici ? Le moyen de se débarrasser de quelqu’un ? Un philtre qui ferait tomber à ses pieds une femme trop belle ? Un secret qui lui donnerait accès à un trésor ? Une incantation pour redevenir jeune ? 

Le sorcier scruta en silence l’homme qui était entré et qui semblait agité de frissons… Il y avait dans l’histoire du peuple de Sansh une réelle tradition de l’occulte et nombreux étaient les Sanshéides qui manipulaient – ne fut-ce que sommairement – les puissances magiques. Au cours des années, le sorcier liang-nen n’avait eu que peu de clients de cette race, mais c’était ceux qui lui avaient demandé les travaux les plus sombres, qui avaient exigé la magie la plus terrible, ceux dont l’âme était la plus pervertie… la plus délicieuse. 

 

« - Qu’es-tu venu chercher, Sanshéide ?

- Un peu de sérénité…

- Et qu’est-ce qui t’apportera la sérénité ? La gloire ? D’inaccessibles richesses ? Les faveurs d’une femme ? Le pouvoir sur tes maîtres ?

- Je n’ai pas de maître. »

 

L’homme ramena sa capuche sur ses épaules… Son visage était parcheminé, ravagé, dur et inquiétant… la cruauté se lisait sur ses traits et la malveillance dans ses yeux…

 

« - Vous… Vous êtes… »

 

TochNaz, Haut-Prêtre d’Agathyor et maître du monde de Sansh contemplait avec un sourire mauvais le sorcier liang-nen qui le regardait maintenant avec fascination…

 

« - Je ne cherche rien de tout cela, petit mage… je ne souhaite qu’un peu de sérénité… »

 

Le Liang-Nen eut un mouvement de recul… Il avait entendu parler de Sa Sainteté TochNaz… 

 

« - Je… je suis à votre service…

- Je le sais, petit mage, je le sais… » TochNaz se dirigea vers une étagère sur laquelle se trouvaient de petits flacons aux contenus colorés… « D’une certaine manière, je t’envie… Tu te caches au sein de cette cité que tu corromps… Protégé par quelques sorts bien exécutés et par ton manque total d’envergure, tu vis à l’abri du regard de tous ou presque… Qui se soucie de toi, après tout ? Mais moi… Moi je ne peux pas me cacher. Contrairement à toi, je suis quelqu’un d’important, si je me cachais, on me chercherait. Non… »

 

Le sourire mauvais laissa la place à une expression soucieuse…

 

« - Pour ma part, je dois être bien visible… Je dois rester dans cette cité impie, je dois tolérer chaque jour la présence des hérétiques et des ridicules pantins qui comme toi sont persuadés d’avoir un rôle à jouer… les EüKrates, les Illydiens et ceux de ton monde… Je dois faire semblant de respecter votre magie brouillonne et vos coutumes barbares… Ne ressens-tu aucune compassion ? Ne trouves-tu pas mes souffrances injustes ? Je vois mes ennemis tous les jours et tous les jours je leur souris… Je dois honorer des gens que je méprise, je dois vivre en paix au milieu des Infidèles, je dois renoncer à ce que j’aime le plus… Il y a si longtemps que je n’ai pas tué… »

 

Panique… Terreur… Le sorcier regardait frénétiquement autour de lui, cherchant un moyen d’échapper à son destin… Il ressentait une pression mentale telle qu’il n’en avait jamais ressentie au cours de son existence… Aucun de ses maîtres n’avait jamais fait la démonstration d’une telle… puissance… Et TochNaz le regardait comme un prédateur…

 

« - Je sais ce que tu fais dans ton antre… Je sais le sort que tu réserves à ceux qui viennent te consulter… Je sais le prix que tu demandes pour paiement de tes services… Je sais que tu dévores des âmes… »

 

TochNaz leva la tête, comme s’il cherchait à identifier une odeur…

 

« - Je peux sentir chacune de tes victimes, je perçois leurs hurlements, je les entends maudire leur soif de pouvoir, leurs désirs malsains et la faiblesse qui les a conduits jusqu’ici… et je peux presque goûter ta terreur, cette vague de folie qui menace de te submerger à chaque instant… Tu sais que ce jour est le dernier de ton existence… Bien. »

 

Le sorcier se précipita, en larmes, aux pieds du Sanshéide à la robe rouge-sang… il suppliait, flattait, jurait fidélité… il était prêt à tout pour rester en vie.

 

« - Non, petit mage… je ne veux pas de ta fidélité… À quoi pourrais-tu bien me servir ? » une image se forma dans l’esprit de TochNaz, la silhouette d’un homme à la sombre peau tatouée… « J’avais un serviteur, autrefois… Tahuetan. Il était plus puissant que tu ne pourrais le devenir en mille années de pratique de la magie et il m’était dévoué corps et âme. Celui-là était digne de ma confiance… » 

 

Mais Tahuetan avait disparu sept ans auparavant et les projets que TochNaz avait échafaudés avaient dû être abandonnés. Cette paix qui ne devait être qu’un leurre avait duré sept ans… Sept ans passés à faire semblant face aux Emonis et aux Da’Tei. Les Dieux étaient bien cruels… Mais la Roue du Hasard et des Destins finissait toujours par tourner, et il avait guetté la moindre occasion favorable pour frapper. Peut-être ses prières avaient-elles été exaucées... Emonis avait finalement dû accepter de se rendre sur Sansh… TochNaz sourit et son visage ravagé n’était plus qu’un masque indécent de haine et de plaisir malsain… Peut-être les Dieux se montreraient-ils cléments… À terre le sorcier de Liang s’était remis à geindre.  

 

« - Je peux vous aider, je peux… je ferai tout ce que vous voudrez… Laissez-moi vous servir…

- Je n’ai pas besoin de serviteur, je n’ai besoin que d’une victime... Je n’ai pas besoin de ta fidélité mais de ta souffrance… je n’ai pas besoin de ta vie, seulement de ta mort… »

 

Le sorcier se leva d’un bond et tenta de prendre la fuite… D’un geste, Sa Sainteté TochNaz, Haut-Prêtre de la Mort, l’immobilisa et le retourna… Sa main tendue, il prononça une parole que le Liang-Nen ne comprit pas…

En mourant, il pouvait entendre les âmes de ses victimes qui le maudissaient et se réjouissaient de l’accueillir dans les ombres. Et le rire de TochNaz résonnait…


4 - Une Invitation à Dîner

Ubolë
Ubolë
Ubolë
Ubolë
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Eirinia
Eirinia
Poste Avancé de Porê
Poste Avancé de Porê
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Ezeranne
Ezeranne
Les Gorges Rocheuses
Les Gorges Rocheuses
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Sanshéide
Camp Avancé Sanshéide
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Forêt des Trois
Forêt des Trois
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de Moben l'Ancien
Dunes de Moben l'Ancien
Microkeïon
Microkeïon
Lac Hoka
Lac Hoka
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Hoka
Hoka
Hoka
Hoka
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Camp de la Septième Armée
Camp de la Septième Armée
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli

La mine de Seuheïn était sombre : il était invité à dîner. Ce n’était pas la première fois que cela arrivait et le souvenir des quelques occasions précédentes le tourmentait encore, empoisonnant sa soirée avant même que le premier plat ne soit servi. Le repas se révélerait vraisemblablement aussi ignoble qu’interminable et fournirait – Seuheïn en était sûr – le principal sujet de discussion… or peu de choses intéressaient moins Seuheïn que la nourriture.

Préoccupé par l’épreuve gustative qui l’attendait, il avançait mécaniquement dans les rues du Nord d’Eirinia, suivi par Oph, son petit assistant robotique qui voletait à côté de lui. S’il fallait en passer par là…  

Il se concentra sur ce qui l’environnait pour oublier momentanément son funeste destin… La lumière du jour avait presque disparu et le quartier liang-nen se gorgeait de lumières artificielles : des globes lumineux multicolores flottant çà et là, des lampadaires chromés, et même des torches qui brûlaient à l’extérieur de certaines bâtisses… 

Un groupe de Sanshéides s’était attablé à une terrasse et s’était mis en devoir de vider un tonneau de vin provenant du Pays des Fleurs… Une patrouille de la police eirinienne, composée d’anciens soldats illydiens et eüKrates marchait lentement, regardant d’un œil suspicieux le petit groupe qui festoyait sur la terrasse… Un homme aux yeux bridés portant une fine moustache et une grande jeune femme à la peau sombre sur laquelle s’étalait un complexe tatouage violet s’étaient lancés dans une conversation passionnée avant de brusquement disparaître dans une petite ruelle attenante… Partout des gens sortaient et des gens rentraient… partout on se pressait car il était temps de manger. 

On trouvait tout dans cette partie de la ville, les « rues rouges »… petits trafics tolérables, jeux d’argent, menus plaisirs, simulations virtuelles et plus que partout ailleurs des débits de boissons, des auberges, des restaurants, des vendeurs de friture à la sauvette : partout où l’on posait les yeux, il était possible de commander quelque chose à manger. Le plus désolant pour Seuheïn, c’est que c’est dans ces lieux que les mélanges culturels d’Eirinia se faisaient le plus efficacement, le plus immédiatement… Comme si le plus merveilleux dans ce nouveau monde, ce n’était pas les subtilités linguistiques des autres peuples ou leurs différentes compréhensions de l’univers mais les sauces avec lesquelles ils agrémentaient la viande cuite. Barbares… La civilisation d’EüKratos n’avait que faire des sauces et des épices…

Sur EüKratos, depuis de nombreux siècles, la nourriture consistait en une pâte synthétique sans goût dans laquelle on mélangeait les apports nutritionnels nécessaires en fonction du métabolisme de chacun. Le concept même de repas avait disparu et on se nourrissait comme on entretenait un véhicule : régulièrement, tout seul et le plus vite possible. 

Seuheïn ne percevait que le chaos… Il savait qu’il y avait un ordre, bien sûr, mais il ne le voyait pas. Il était assailli de mille odeurs provenant des terrasses et des fenêtres, il regardait avec dégoût ses compatriotes se délecter de mets qui ne lui inspiraient rien de bon. 

Il était vrai que de nombreux EüKrates avaient découvert avec plaisir les habitudes culinaires des autres peuples en s’installant à Eirinia et avaient conséquemment changé leur régime alimentaire… Seuheïn n’en faisait pas partie. Ingérer de la chair d’animaux morts, des végétaux qui pouvaient avoir été contaminés ou des préparations dont la cuisson n’était pas standardisée lui paraissait constituer un risque inutile pour entretenir et sustenter son corps. 

La première année, sa curiosité l’avait poussé à goûter et l’expérience n’avait pas été concluante… La saine consistance uniforme de la pâte synthétique était remplacée par différentes textures grasses, filandreuses, parfois presque liquides, parfois si dures qu’il fallait croquer et non pas simplement mâcher… Quant aux saveurs… Les saveurs se mêlaient en centaines de combinaisons différentes et provoquaient un véritable chaos de sensations incontrôlables. 

Seuheïn ne percevait que le chaos. Tant de manières de vivre… Eirinia était une immense expérience qu’il était impossible de contrôler. Trop de variables. On avançait dans l’obscurité à tâtons… On tentait d’ordonner le chaos petit à petit…

Seuheïn ne percevait que le chaos mais il était confiant. Il se rappelait les trois premières années, les plus difficiles… des conditions de vie rudimentaires, une loi commune trop stricte et une police pas assez puissante avaient occasionné quelques émeutes dévastatrices. On avait assoupli les lois, confié la police à Dame Shem qui l’avait renforcée et les émeutes avaient cessé… Et tout doucement, les populations d’Eirinia avaient continué leur apprentissage de cette nouvelle existence partagée… 

Seuheïn lui-même avait décidé de consacrer une partie importante de son temps à cet apprentissage et si pour cela il devait manger de la chair morte et boire des toxiques comme cet alcool que sur tous les mondes on semblait avoir découvert, il y était prêt.

 

« - Vous ne pouvez comprendre la magie si vous ne comprenez pas comment fonctionnent vos sens… »

 

C’est ce que Bai Juyi, découragé, avait fini par dire à Seuheïn… or Seuheïn voulait comprendre la magie… Tout ce qu’il avait pu imaginer pour expliquer comment de simples hommes pouvaient communiquer sans parler ou lancer des éclairs, tous les tests et toutes les expériences avaient échoué. 

Les magiciens qu’il avait interrogés lui avaient tenu des discours contradictoires : les Sanshéides prétendaient (comme certains Dëanides d’ailleurs) que la magie venait des dieux, alors que les Liang-Nen professaient que la magie était tout simplement un art, une technique. Seuheïn préférait cette réponse et avait fini par se lier, quelques dizaines de jours auparavant, avec un certain Bai Juyi… Liang-Nen originaire du Pays des Rêves, l’homme avait accepté de l’initier aux arts magiques tels qu’on les pratiquait à Zhuolai, la Cité des Mages… Mais jusqu’ici, Seuheïn n’était parvenu à rien et en prime, il avait été invité à dîner. Au-delà de son dégoût personnel pour les arts culinaires, il doutait sérieusement que cela changerait réellement les choses.

Tournant dans une rue pavée plus calme que la grande avenue dont il venait, il prit une longue inspiration : il arrivait chez Bai Juyi. 

Le moment était venu et Seuheïn se sentait très mal à l’aise en montant les escaliers de bois qui menaient à l’appartement de son maître de magie… Arrivé au dernier étage, il vit que la petite porte était ouverte et qu’un jeune garçon – qui venait sans doute de monter le repas – saluait avec déférence le vieil homme en sortant… Sur la table basse, des plats et des bols fumaient répandant une odeur qui incommoda légèrement le visiteur… 

 

« - Dans mon pays, celui qui aspire à manipuler les puissances magiques doit d’abord apprendre à affecter les sens en se servant de techniques simples : la cuisine, le dessin, la comédie, la musique, le déguisement… À quelques exceptions près, notre magie ne consiste pas à changer la réalité, elle consiste à changer la manière dont les gens perçoivent la réalité. »

 

Le repas s’était fini sans que Seuheïn ne dise un mot, concentré qu’il était sur les atroces convulsions de son estomac indigné. Il avait goûté tous les mets et tous s’étaient révélés plus révoltants les uns que les autres… Il refusa l’infusion à la cannelle que Bai Juyi lui proposa et le supplia de lui donner un grand verre d’eau pour faire passer les goûts ignobles qui persistaient sur ses papilles. Bai Juyi secoua la tête… 

 

« - Je ne comprends pas, estimé Seuheïn… ce repas était tout simplement délicieux. Le Souverain de Liang-Kiba lui-même ne mange pas aussi bien tous les jours… » Seuheïn semblait embarrassé… « M’autoriseriez-vous à chercher les raisons de votre dégoût, de votre bloquage dans votre esprit? »  

 

Seuheïn maîtrisa son agacement et acquiesça en silence… Il n’aimait pas la télépathie, mais il était en mesure de se défendre contre les intrusions indésirables : s’il ne savait pas faire de magie, au moins était-il capable de s'en protéger et de masquer celles de ses pensées qu’il voulait garder pour lui… Bai Juyi demanda à son invité de tendre sa main et plaça la sienne au-dessus… Et il vit.

 

Un déferlement d’images et de mots, de schémas et de questions… jamais il n’avait contemplé un esprit si… si vaste et si peuplé. Il recula légèrement et brisa la connexion, l’air choqué. Ce qu’il venait de voir l’avait simplement terrorisé… L’esprit de Seuheïn questionnait tout, s’inquiétait de tout… et l’ordre implacable de ses pensées luttait contre le chaos d’informations qui ne cessaient d’affluer… c’était une forteresse de raison assiégée par des phénomènes incompréhensibles. 

En pénétrant l’esprit de Seuheïn, Bai Juyi s’était soudain retrouvé au pied de cette forteresse, sous un ciel noir dans lequel brillaient trois étoiles… Des monstres hauts comme des immeubles et les ombres de dieux venant des quatre coins de l’univers frappaient contre les murailles… Du haut de la plus haute tour, Seuheïn contemplait d’un œil calme les armées d’aberrations qui le menaçaient, cherchant à en comprendre l’ordre secret. 

En pénétrant l’esprit de Seuheïn, Bai Juyi s’était retrouvé au beau milieu d’une guerre sans merci et il avait été saisi d’effroi… Revenu à la réalité, dans son salon, il vit que Seuheïn le regardait en souriant tristement… 

 

« - Et vous n’avez rien vu : il y a tant de choses que je ne comprends pas. Comment fonctionnent les Portes par lesquelles nous sommes venus sur le Septième Monde ? Pourquoi trois étoiles sont-elles apparues dans nos cieux il y a sept ans? Pourquoi nos cultures sont-elles si semblables et si différentes ? Comment se peut-il que la magie existe? Et tant d'autres questions encore...

- Je deviendrais fou si je pensais comme vous… Ne pouvez-vous pas accepter le monde tel qu’il est ?

- J’ai besoin de comprendre, Bai Juyi… et vous devez m’aider. »

 

Le Liang-Nen but une gorgée d’infusion à la cannelle et fixa Seuheïn…

 

« - Lorsque j’étais dans… » un frisson le parcourut, « dans votre esprit, j’ai cru voir que les Dëanides vous intéressaient particulièrement…

- Il est de notoriété publique que l’existence du Septième Monde leur avait été révélée par une soi-disant prophétie avant que les Portes n’apparaissent… J’aimerais en savoir plus à ce sujet. À ma connaissance, ils sont les seuls… » 

 

Seuheïn se trompait.


5 - La Solution du Souverain

Huang
Huang
Da'Tei
Da'Tei
Jien An
Jien An
Kadate
Kadate
Shun Ka
Shun Ka
Zhuolai
Zhuolai
Uwarumane
Uwarumane
Li-An
Li-An
Miki Tsa
Miki Tsa
Mi Hokkosai
Mi Hokkosai
Shukake
Shukake
Sin Jiao
Sin Jiao
Râmâ Yendira
Râmâ Yendira
Bandragor
Bandragor
Kalinashta
Kalinashta
Saotome
Saotome
Akane
Akane
Tonmea
Tonmea
Keito
Keito
Sotoka
Sotoka
Onsetewa
Onsetewa
Weijiun
Weijiun
Mer de la Prospérité
Mer de la Prospérité
Mer des Bénédictions
Mer des Bénédictions
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Grand Fleuve
Forêt de l'Infinie Tranquillité
Forêt de l'Infinie Tranquillité
Forêt de l'Infinie Tranquillité
Forêt de l'Infinie Tranquillité
Bois de Fuiton
Bois de Fuiton
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Montagnes des Honorés Frères
Mer des Brumes
Mer des Brumes
Grandes Plaines de l'Abondance
Grandes Plaines de l'Abondance
Grandes Plaines de l'Abondance
Grandes Plaines de l'Abondance
Grandes Plaines de l'Abondance
Grandes Plaines de l'Abondance
Lac des Braves
Lac des Braves
Wukung Go
Wukung Go
Wukung Go
Wukung Go
Grand Lac
Grand Lac
Forêt de Lihn Zaku
Forêt de Lihn Zaku
Forêt de Lihn Zaku
Forêt de Lihn Zaku
Forêt de Lihn Zaku
Forêt de Lihn Zaku
Les Cinq Pics
Les Cinq Pics
Montagne des Sept Perfections
Montagne des Sept Perfections
Fleuve de Zahn Che
Fleuve de Zahn Che
Fleuve de Zahn Che
Fleuve de Zahn Che
Fleuve de Zahn Che
Fleuve de Zahn Che
Han Wei
Han Wei
Détroit des Honorés Frères
Détroit des Honorés Frères
Fleuve des Mille Soupirs
Fleuve des Mille Soupirs
Fleuve des Mille Soupirs
Fleuve des Mille Soupirs
Fleuve des Mille Soupirs
Fleuve des Mille Soupirs
Fleuve d'Or
Fleuve d'Or
Fleuve d'Or
Fleuve d'Or
Canal du Grand Jien
Canal du Grand Jien
Fleuve du Salut
Fleuve du Salut
Fleuve du Salut
Fleuve du Salut
Fleuve du Salut
Fleuve du Salut
Rivière des Pétales
Rivière des Pétales
Rivière des Pétales
Rivière des Pétales
Désert des Solitudes
Désert des Solitudes
Désert des Solitudes
Désert des Solitudes
Collines de To-Shen
Collines de To-Shen
Collines de la Sagesse
Collines de la Sagesse
Les Astrales
Les Astrales
Les Astrales
Les Astrales
Plaine de Key Mi
Plaine de Key Mi
Plaine de Key Mi
Plaine de Key Mi
Plaine de Key Mi
Plaine de Key Mi
Domaines de l'Eventail
Domaines de l'Eventail
Montagnes des Grandes Sources
Montagnes des Grandes Sources
Montagnes des Grandes Sources
Montagnes des Grandes Sources
Fleuve des Epées
Fleuve des Epées
Vallée des Grands Temples
Vallée des Grands Temples
Collines de Sin Jiao
Collines de Sin Jiao
Plaines de l'Ordre Sacré
Plaines de l'Ordre Sacré
Terres des Epreuves
Terres des Epreuves
Terres des Epreuves
Terres des Epreuves
Forêt des Illusions
Forêt des Illusions
Forêt des Illusions
Forêt des Illusions
Plaine des Echanges Bienheureux
Plaine des Echanges Bienheureux
Ki Je Tô
Ki Je Tô
Ki Je Tô
Ki Je Tô
Liang-Kiba
Liang-Kiba

Ailleurs dans l’univers…

 

« - Le Seigneur Da’Tei est un excellent serviteur… son seul défaut est d’être en vie.

- Majesté…

- Ne me regardez pas comme ça, vous savez très bien que c’est vrai. Et relevez-vous, mon ami… Je n’aime pas vous voir à genoux. Même devant moi. Dorénavant, par décision du Gardien de la Loi, il vous est strictement interdit de vous agenouiller devant qui que ce soit, y compris moi… »

La scène se déroulait ailleurs dans l’univers, sur des terres éloignées du Septième Monde par les froides et incalculables immensités de l’Espace : dans la salle du Trône de Shun Ka, capitale temporaire des Royaumes Unifiés de Liang-Kiba. Matake accepta la main que lui tendait son Souverain et se releva. Son regard était sévère…

 

« - Et rassurez-vous, je ne ferai rien contre Da’Tei.

- Sage décision, Majesté… » Il y eut un court silence. « Après tout, quelqu’un finira bien par avoir la présence d’esprit de le faire assassiner à votre place. »

 

Les deux hommes sourirent imperceptiblement. Matake Shigo, le légendaire Maître d’Armes, s’assit sur une petite chaise confortable qu’on avait amenée pour lui et le Souverain Ho Chai Jin prit place sur son trône.

 

« - Comme je vous le disais, Majesté, nous avons reçu un rapport du Seigneur Da’Tei… 

- J’imagine qu’il est satisfait de la marche d’Eirinia…

- Il semble très confiant dans l’avenir. Le commerce du Nergeïa est toujours aussi profitable, et comme les Royaumes Unifiés le financent, nous en retirons de substantielles richesses... Par ailleurs, il informe Sa Majesté de ce que la Représentante Emonis a soumis au Grand Conseil une proposition de loi dont, je cite, « l’impertinence provient certainement plus d’un manque de réflexion que d’une réelle volonté d’insulter Sa Majesté. » Il semble cependant certain que cette proposition n’a pas la moindre chance d’aboutir.

- Il a tort de mépriser la Représentante Emonis… » Le visage de Ho Chai Jin ne trahissait pas le moindre sentiment… « Nous avons une dette envers elle. 

- Je crois qu’elle a l’intelligence de se méfier de Da’Tei.

- Je l’espère… » 

 

Da’Tei Shu, Représentant de Liang au Grand Conseil d’Eirinia n’avait pas chômé. En sept ans, il avait en effet conféré aux Royaumes Unifiés un statut incontournable au sein du Grand Conseil d’Eirinia et il en avait évidemment profité pour augmenter sa fortune déjà conséquente dans des proportions colossales. Matake avait dit de lui un jour qu’il était aussi mauvais stratège qu’il était bon politicien et c’était vrai. Da’Tei était l’un des membres les plus influents du Grand Conseil et il était devenu immensément riche… Le Souverain scruta le visage de son conseiller et ami…

 

« - Est-ce que vous craignez que Da’Tei ne prenne une importance disproportionnée auprès de nos alliés, Maître Matake ?

- Non, Majesté… Da’Tei ne comprend pas les autres cultures et ne sait que manipuler leurs intérêts à court terme… Il n’a ni le charisme ni les compétences stratégiques nécessaires pour unir derrière lui les peuples signataires du Traité… En revanche, il a maintenant une influence colossale sur la Cour de Sa Majesté… 

- Je sais… » Le Souverain garda le silence un instant. « Je ne pensais pas qu’il parviendrait à s’entendre avec les Grands Seigneurs… Mais il a réussi à en fédérer la plupart contre mon autorité… » Les yeux du Souverain se tournèrent vers Matake… « Il ne me pardonnera pas de l’avoir humilié il y a sept ans… Il ne nous pardonnera pas. Et comme vous le rappeliez tout à l’heure, il n’est pas question de le faire assassiner dans ces conditions… ce serait prendre un risque trop grand de provoquer la colère de la Cour… Da’Tei les a rendus trop riches pour qu’ils puissent le tolérer. »

 

Un instant Matake Shigo regarda les membres de la Garde Sans Visage, des guerriers entièrement dévoués à Ho Chai Jin. Le Maître d’Armes avait été obligé de créer cette garde lorsqu’il était devenu clair que Da’Tei était maintenant assez riche pour acheter n’importe qui… Les membres de la Garde Sans Visage étaient des combattants d’élite dont on avait effacé l’identité… Ils n’avaient ni famille, ni possessions, ni intérêts et ne vivaient que pour la protection du Souverain des Royaumes Unifiés… C’est la voix de ce dernier qui tira Matake de ses réflexions…

 

« - Cependant, j’aimerais recueillir votre opinion sur une idée qui m’est venue, Maître Matake… 

- Majesté ?

- Traditionnellement, le choix que fait le Gardien de la Loi concernant celle qu’il prend pour épouse est dicté par des considérations politiques et par l’équilibre des puissances entre les différents Royaumes de Liang-Kiba… »

 

Une expression de surprise apparut sur le visage de Matake… Il croyait comprendre ce que voulait dire son Souverain et l’idée était… étonnante.

 

« - Mais depuis que la Grande Porte Noire est apparue, nous permettant d’accéder au Septième Monde, depuis que nous sommes en contact avec les autres mondes, tout a changé… »

 

Les yeux de Matake se plissèrent…

 

« - Vous… vous pensez à une alliance avec un autre monde… » Le vieux Maître d’Armes sourit… « Ça ne peut pas être Shem… mais alors… Emonis ? » Ho Chai Jin rendit son sourire à Matake… « Oui… je crois que Da’Tei détesterait ça. »

 

En considérant le projet, Matake se demanda un instant si le Souverain ne voyait dans cette alliance qu’une manière de contrer l’influence de Da’Tei, comme il le laissait penser, ou s’il y avait d’autres raisons plus personnelles qui guidaient Ho Chai Jin…


6 - La Soeur de la Mort

Ubolë
Ubolë
Ubolë
Ubolë
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Desert du Grand Voyage
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Les Trois Mers
Eirinia
Eirinia
Poste Avancé de Porê
Poste Avancé de Porê
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Forteresse
Ezeranne
Ezeranne
Les Gorges Rocheuses
Les Gorges Rocheuses
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Liang-nen
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Dëanide
Camp Avancé Sanshéide
Camp Avancé Sanshéide
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Hellstewehr
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Lacs d'Occedh
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines des 7 Royaumes
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Plaines Infinies
Forêt des Trois
Forêt des Trois
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Mystères
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Forêt des Grands Chai
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Collines Souveraines
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Destinée
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de la Clef de Bois
Dunes de Moben l'Ancien
Dunes de Moben l'Ancien
Microkeïon
Microkeïon
Lac Hoka
Lac Hoka
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Montagnes Lemneshiennes
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Collines d'Ubolë
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Montagnes de Suwaïn
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Zi Batoru
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Athbe Numeth
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Fleuve Liberté
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Les Grands Marais
Hoka
Hoka
Hoka
Hoka
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Le Kemt
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve Fiwaïn
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Fleuve de Fer
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Yeo Kehn
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Poste Avancé EüKrate
Camp de la Septième Armée
Camp de la Septième Armée
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli
Terres de l'Oubli

Peut-être n’y avait-il pas de centre à l’univers, personne ne le savait vraiment… S’il y en avait un, ça aurait probablement été cet endroit : la salle du Grand Conseil d’Eirinia sur le Septième Monde. Une grande pièce circulaire souterraine où se prenaient les décisions qui affectaient la gigantesque cité tout entière, de la régulation de la monnaie commune aux lois régissant les mariages entre personnes originaires de mondes différents. 

La Représentante Lektra Emonis fit un effort pour retenir une moue de dégoût lorsque Sa Sainteté TochNaz prit place sur le piédestal du haut duquel il allait s’adresser au Grand Conseil. En sa qualité de Haut-Prêtre d’Agathyor, TochNaz était considéré sur le monde de Sansh comme l’autorité suprême, bien que formellement, le pouvoir appartînt au dieu. Dans la pratique, Emonis le savait, il régnait sans partage sur Sansh. C’est en tant que détenteur de cette autorité suprême sur son monde d’origine que TochNaz était reçu aujourd’hui par le Grand Conseil Eirinien. Son regard se posa lentement sur chacun des Représentants… 

L’homme était à tous égards répugnant. L’âge et les pratiques magiques les plus malsaines avaient laissé sur son visage et sur son corps d’atroces ravages… Toute sa trop longue vie, cet homme avait pris plaisir à la souffrance de ses semblables. Au nom de ses dieux sombres, il avait fait couler plus de sang que toutes les armées qui s’étaient entretuées sur le Septième Monde… au nom de sa propre ambition, il avait torturé et assassiné d’innombrables opposants. Au fil des décennies, il avait forgé des guerriers fanatiques et implacables dont le plus terrifiant avait sans nul doute été Tahuetan… 

Emonis retint sa respiration alors qu’apparaissait dans son esprit l’image d’un homme projetant des éclairs de ses puissantes mains, menant au combat ses hordes assoiffées de sang, se délectant de la destruction qu’il semait : l’implacable machine de guerre qu’avait été Tahuetan… Fort heureusement, il avait disparu depuis la Bataille de la Porte de Métal et le monde de Sansh avait accepté la paix. Emonis s’arracha à ses souvenirs et se força à regarder l’horrible TochNaz qui avait pris la parole.

La paix avait eu un prix. Huit ans auparavant, c’est TochNaz qui avait déchaîné les hordes de guerriers et de mages sanshéides contre les pacifiques EüKrates, pensant remporter ainsi une victoire facile, espérant s’emparer de quantité d’esclaves et de victimes à sacrifier à ses idoles…

Une faible lueur de satisfaction apparut dans le regard d’Emonis… Le coût avait été exorbitant, mais elle avait enseigné l’humilité à ce monstre. Lorsque ses meutes de guerriers avaient menacé d’envahir le paisible monde d’EüKratos, Emonis avait osé défier ses supérieurs et utilisé sur ses agresseurs une arme interdite qui avait décimé plusieurs milliers de guerriers sanshéides d’un seul coup… 

Les valeurs les plus fondamentales des paisibles EüKrates avaient été bafouées en un instant, mais au moins, ils étaient restés libres. Emonis avait pris seule la responsabilité de changer radicalement son monde, et aucune armée n’avait plus jamais osé défier EüKratos, cherchant même à s’attirer la bienveillance de ceux qui auparavant passaient pour des faibles. C’est ainsi qu’Emonis avait réussi à imposer le projet utopique qu’était Eirinia, c’est ainsi qu’elle avait définitivement détruit toute velléité conquérante de la part des Sanshéides, devenant même l’objet d’un culte nouveau sur le monde de ces fanatiques. 

Étant sans conteste l’être le plus puissant de son monde, TochNaz ne craignait personne, il ne pouvait craindre personne… puisqu’il craignait Emonis, ce devait être une déesse.

Sur Sansh, depuis qu’elle avait fauché plus de deux-mille vies en une seule fois, elle était devenue Emonis-Sœur-de-la-Mort. 

Un sourire qui se voulait modeste se dessina sur le visage de TochNaz lorsqu’il fit face aux quatre Représentants du Grand Conseil et prit la parole :

« - Nobles Représentants des quatre mondes d’Eirinia, distingués Observateurs et Délégués, recevez la bénédiction du Tout-Puissant Agathyor. »

 

Emonis ne parvint que difficilement à masquer son agacement en entendant le flot de paroles insensées, de bénédictions et d’imprécations du Sanshéide… L’espace d’un instant, elle pensa aux « homologues » de TochNaz, ceux qui dirigeaient les mondes signataires du Traité Eirinien. 

Elle éprouvait le plus profond respect pour le Président du Conseil eüKrate, mais savait que ce dernier ne l’appréciait guère. Il ne lui avait toujours pas pardonné d’avoir utilisé la puissance nucléaire pour défendre le monde d’EüKratos lorsque les hordes sanshéides avaient menacé de l’envahir… Elle soupira.

La Grande Dame du monde d’Illyd était une femme qui mettait Emonis mal à l’aise… On aurait pu la dire méfiante si elle n’avait pas fait maintes fois la preuve de ce qu’elle était complètement paranoïaque et on aurait pu la dire autoritaire s’il n’avait été si manifeste qu’elle était absolument tyrannique. Il semblait qu’elle n’appréciait personne à Eirinia, à l’exception d’Emonis pour qui elle semblait éprouver une certaine sympathie qui tenait probablement au fait qu’Emonis était une femme qui avait des qualités de dirigeante et de guerrière.  

Quant au Souverain de Liang-Kiba, c’était un homme calme et intelligent, un homme qui semblait avoir les qualités de son peuple sans en avoir les défauts…

Devant elle, l’insupportable discours de TochNaz continuait :  

 

« - Nous rendons grâce aux Dieux pour leur bienveillance, pour leurs dons et en particulier pour les sept années de paix qui se sont écoulées. »

 

Emonis ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel… encore des dieux… Et le pire c’est que Sa Sainteté n’y croyait probablement pas lui-même. Ce vieillard malsain et sa petite clique de Prêtres se servaient de la crédulité d’un peuple qui croyait réellement qu’il y avait quelque part un squelette géant du nom d’Agathyor qui accueillait les humains après leur mort et qui influençait le cours de leurs existences… et ce peuple rendait grâce pour un oui ou pour un non, pour célébrer la paix universelle ou un bon repas. Sur son piédestal, TochNaz continuait…

 

« - … et le Tout-Puissant Agathyor m’a fait connaître sa satisfaction de voir venir à lui toujours plus de Fidèles… »

 

La mâchoire d’Emonis se serra. Seuheïn lui avait montré la veille le nombre d’habitants d’Eirinia qui s’étaient tournés vers la foi sanshéide. Aucun Illydien, bien sûr (ils auraient été immédiatement renvoyés sur leur terre natale dans un centre de rééducation), mais des Liang-Nen et même des EüKrates, subjugués par la puissance magique des adeptes du culte…

 

« - … les nouveaux Fidèles qui voudront se rendre sur le monde de Sansh pour se recueillir dans le Temple du Dieu seront autorisés à traverser la Porte de Lumière pour accomplir leur pèlerinage. À ce sujet, j’ai l’honneur de vous confirmer que tout est prêt pour recevoir sur notre monde la visite de la très révérée Emonis-Sœur-de-la-Mort et des autres distingués Représentants. Les Festivités Sacrées dureront huit jours… Le Représentant Quotze vous fera savoir… »

 

Emonis détourna les yeux… Elle avait toujours réussi à refuser au nom de divers prétextes de poser le pied sur le sol sanshéide, mais la situation était devenue diplomatiquement intenable et elle avait dû accepter l’invitation à contrecœur. Alors que TochNaz bénissait une nouvelle fois l’assemblée du Grand Conseil et l’assurait de la dévotion de son peuple à l’idéal eirinien, elle ferma les yeux. Le spectacle de l’humilité souriante du Haut-Prêtre ne l’impressionnait pas. Elle savait que lors de cette visite officielle, « on » tenterait de se débarrasser d’elle. Bien, se dit-elle, je leur donnerai une raison de me nommer Sœur de la Mort…


Dans le Prochain Épisode:

Eirinia était la plus prodigieuse cité de l’Univers… C’était la ville qu’on avait bâtie sur le Septième Monde pour faire la paix entre les peuples. Sept ans après sa construction, les ombres avaient ressurgi : la misère progressait dans les rues, l’inquiétant culte de la Mort gagnait toujours plus d’adeptes et le Grand Conseil de la cité était divisé. Pendant ce temps, sur les six mondes, des évènements se préparaient dont personne ne pouvait encore imaginer les conséquences…   

-----------------------------------

Civilized : une série littéraire multimédia créée et réalisée par 292


Ils ont contribué à l’épisode La Mort et la Paix :

Raphaël MOBILLION

Jonathan MOBILLION

Christine DESCHAMPS

Arthur MOBILLION

Romain MOBILLION

------------------

Copyright 2013 292 SAS

292 SAS titulaire exclusif pour le monde entier de l’ensemble des droits de propriété intellectuelle portant sur la collection Civilized, les épisodes de la série Civilized, ainsi que de l’ensemble des éléments composant lesdits épisodes.